Architecture

Projet studio de quatrième semestre

Travail réalisé aux côtés de Faustine Colombero, Inès Ribeiro et Léa Rekhima.

L'objectif ici est porté sur la création d'une structure, d'un détail ou d'un élément de construction à partir de planche de bois de 2 mm d'épaisseur. Le bois étant relativement fin il est très facile de le plier et de la casser. Ainsi nous avons travaillé sur ses propriétés pour concevoir une structure isostatique tout en lui rajoutant une tension positive vers le haut. Les planches de bois courbées viennent rajouter de la tension sur les extrémités des triangles.




Projet du troisième semestre

"La maison du Gardien"

Les grandes lignes du projet étaient de concevoir un espace public, un espace privé et un espace partagé dans une surface carré de 15 m de côté.

J'ai imaginé une demeure connectée à un espace d'exposition, la demeure appartient à une personne lambda mais son intégration rend les choses complexes : est ce la maison d'un gardien ?

 

Ainsi, c'est dans une forme de performance que l'habitant s'expose sous le regard des passants. Des cimaises viennent ponctuer le degrés d'exposition de l'espace partagé, et une boite en bois vient créer un barrage visuel entre l'espace partagé et l'espace privé.

 



Projet Corpus sous l'inspiration du "terrier" de Franz Kafka

Rendu final

Explication

Le projet se clarifie avec un détail précis : le bureau. Le bureau est formé par 4 murs banchés en béton armé : la totalité de l'architecture du bureau est concentrée dans la matière. La bibliothèque est une extrusion de béton provenant du mur, de même pour la table de travail et le vasque.

Le plafond vient rendre compte d'une profondeur ; sombre, il vient mettre en valeur le premier oculus de forme carré qui apporte de la lumière zénithale au centre de la pièce. En face le bureau est également bercé par une surface de lumière qui vient procurer un espace de travail agréable avec un éclairage constant.

 

La maquette a été réalisée en plâtre, bois, tissu, et papier de couleur.


Phase de recherche

Première étude sur l'apport de lumière sous terre : c'est un bureau qui reçoit sa lumière du matin sous forme diffuse à l'aide d'un système de réflection, et une lumière direct le soir pour maximiser le temps d'éclairage.


Seconde étude sur l'entrée du terrier : comment je rentre sous terre ?

Dans le texte de Kafka, l'être qui vie dans le terrier imagine de multiples stratégies pour protéger son terrier et pour en sortir en cas de problème. J'ai imaginé un espace avec deux entrées, chacune possède sa caractéristique.

L'entrée de droite se referme sur elle même, elle n'invite pas le visiteur à pénétrer dans le terrier mais une fois l'obstacle franchit on découvre peu à peu que l'espace se dilate. On retrouve l'effet inverse pour l'entrée de gauche, elle invite à entrer mais elle se resserre jusqu'à procurer une sensation d'inconfort.

Premier plan d'étude : la première intention était une entrée sous forme de rampe surmontée d'un bloc de pierre très géométrique pour assumer le côté "fait par l'homme". Le terrier est caractérisé par 4 grandes cheminées qui amènent la lumière. On considère presque que tous les espaces ont la même qualité.

Découpage axonométrique du terrier.

Second plan d'étude : La première intention a été conservée excepté le fait que la roche au dessus est complètement naturelle. Le terrier est complètement circulaire et ponctué de plusieurs obstacles pour passer de pièce en pièce. Les espaces sont tous différents, chacun est étudié en fonction de ses usages.

Livre de Franz Kafka : inspiration du projet.


Interprétation direct de la lecture du "Terrier" de Kafka, cette image présente les grandes lignes abordées dans le livre, et cela rapporté à l'image de l'homme.


Concours de construction à Shanghai

Projet réalisé avec Pierre Nicolas VOISIN, Inès Suy, Alexis Galland, Julie Champeau & Nicolas Bapst

Réalisation de notre projet à Shanghai :

Le concours Tongji dure 4 jours, soit 3 jours pour réaliser et monter la structure, et une journée pour décerner les prix.

Nous avons légèrement modifié notre abri pour qu'il puisse battre son record de hauteur précédent.

L'abri final étant en polypropylène et non en carton, nous avons réétudié le module pour qu'il puisse résister au flambement : il fait très chaud et humide à Shanghai, le plastique se dilate donc beaucoup. 

 

Après réalisation la structure montait à plus de 6 m de hauteur. Nous avons décroché le premier prix international.

Préparation du concours à Versailles :

Dans le cadre du projet studio de première année, nous avons été mis en compétition autour de la réalisation d'un abris en carton, devant abriter 4 personnes sur une surface minimum de 8 m². L'équipe gagnante de ce concours entre étudiants se voyait inviter au concours de construction à Shanghai.

 

Ainsi, nous avons fabriqué un abri à l'aide d'un module hexagonal qui se répète niveau par niveau avec un coefficient de réduction (celui ci vient régler la courbure).

Notre système permet en effet de monter très haut, ici environs 4.80 mètres, ce qui nous a valu pour cette performance technique d'être sélectionné pour partir au concours.




Projet de fin de première année

L'exercice portait sur l'imagination d'une maison de vacances pour un architecte, celle ci se trouverai sur la parcelle de la pièce d'eau des suisses à Versailles.

 

Je vais souvent courir autour de la pièce d'eau, c'est pour moi un lieu de repos et de contemplation. Elle possède un caractère monumentale et elle est alignée avec l'orangerie du château de Versailles.

 

Je me suis alors imaginé dans la peau d'un architecte en vacances, en solitaire. Personnellement je chercherai un lieu de repos, en lien avec moi même, un lieu de recueil et de réflexion.

 

C'est alors une maison sur l'eau qui se dessine, elle se met dos au château pour en faire abstraction et elle plonge son regard sur l’horizon de la pièce d'eau. La maison de verre viendrai m'exposer aux yeux des passants, je serai seul au milieu de cette eau, seul avec moi même. C'est un pavillon, une sorte d’embarcadère qui répète l'architecture de la maison et qui viendrait créer un lien avec le sol.

 



Projet d'une menuiserie

Ceci est l'imagination d'un programme, d'un fonctionnement, pour une menuiserie en ossature bois.

Le programme comporte 2 bureaux de 10 m², 2 vestiaires de 15 m², un petit atelier de 30 m² alimenté d'une petite réserve de 15 m² et un grand atelier de 75 m² connecté à une grande réserve de 30 m².

L'atelier est construit sur une trame circulaire, la surface des pièces définit leur rayon et leur largeur. Sur la trame viennent se poser les éléments verticaux en bois, ainsi que les ouvertures.

Le grand atelier sert de pièce mère au bâtiment, il est desservit par tout les programmes. la surface des pièces est proportionnelle à la hauteur des programmes, c'est ce qui défini leur position.

 



Autres


Le site est encore en construction, toutes les réalisations n'apparaissent pas encore...